Un suspense domestique

Un long, si long après-midi, Inga Vesper, éditions de la Martinière, 22.90 euros

Dans la société corsetée des années 50, Joyce est une femme au foyer au quotidien monotone qui, faute d’amies sincères, entame une relation privilégiée avec sa femme de ménage, jeune fille noire prénommée Ruby. Celle-ci rêve d’un autre destin et travaille dans le quartier huppé de Sunnylakes, à Santa Monica, afin de suivre des études supérieures et devenir enseignante.

Mais un après-midi, Ruby trouve la maison vide et les enfants laissés à eux-mêmes. La cuisine est maculée de sang et Joyce s’est volatilisée… L’inspecteur Mickaël Blanke est chargé de l’affaire et commence une enquête de voisinage, en ne négligeant aucune piste : Joyce est-elle partie de son plein gré? A-t-elle subi un avortement qui aurait mal tourné dans la cuisine? Ruby est le premier témoin sur les lieux du crime et devient, de ce fait, une suspecte possible.

Tour à tour, Ruby, Joyce et Mick racontent leur histoire dans un roman choral au suspense constant. Un livre féministe et engagé sur la condition des femmes et des afro-américains à la fin des années 50.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Tout le bonheur du monde, Claire Lombardo, éditions 10/18, 10,20 euros

“Tout le bonheur du monde” nous entraine dans l’histoire de quatre soeurs, Wendy, Violet, Liza et Grace. Leurs parents, David et Marilyn, s’aiment encore comme au premier jour. Le spectacle de leur couple enamouré et ardent, même après quarante ans de mariage, insupporte ou décourage leurs filles, dont les vies sentimentales laissent à désirer.

Wendy, jeune veuve sans enfant, s’envoie en l’air avec des amants de passage ; si la vie amoureuse de Violet, la cadette, semble plus stable entre son mari et leurs deux petits garçons, un douloureux secret resurgit au grand jour et menace ses fondations ; Liza, dont le conjoint est dépressif, porte son couple à bout de bras ; quant à Grace, la petite dernière, elle s’invente une vie plutôt que de la vivre.

Un livre dense qui explore les relations familiales avec beaucoup de justesse et de nuances, servi par un humour parfois grinçant. On s’attache aux membres de cette famille presqu’idéale que l’on quitte à regret.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Apaiser nos tempêtes, Jean Hegland, éditions Phebus, 23 euros

Anna est étudiante en photographie à l’université de Washington, Cerise lycéenne d’un milieu modeste en Californie. Quand l’une et l’autre sont confrontées au choix de faire un enfant, elles prennent des directions diamétralement opposées. Quand on les retrouve quelques années plus tard, il s’avère que ce choix a été décisif, voire crucial, dans leurs trajectoires de vie.

Jean Hegland évoque d’une écriture toute en nuances, les vicissitudes de leurs existences  et, de peines en espoirs, décrit en détail les sentiments mêlés de ses personnages. Du hasard de leur rencontre naitra une relation singulière, faite de confiance, d’amitié, de sororité. L’auteur nous donne à lire ici une réflexion autour de la maternité sous toutes ses formes (“une thématique aussi traditionnellement genrée”, note-t-elle dans sa préface), évoquant autant la naissance que la perte possible de l’enfant et les aléas de l’éducation.

Un roman ample et superbe qui célèbre la puissance des femmes.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Entre toutes les mères, Ashley Audrain, Le Livre de Poche, 8,20 euros

Ca commence comme un polar qui nous accroche immédiatement. Blythe Connor vient d’avoir un bébé mais quelque chose cloche : la relation mère/fille a du mal à se mettre en place, Violet est un bébé grognon alors que Blythe a un modèle maternel défaillant, sa mère l’ayant laissée quand elle avait onze ans.

Plus le temps passe, plus Blyhte voit en sa fille une personnalité froide et parfois violente qui l’effraie. Mais elle est la seule à entrevoir cette noirceur chez sa fille, son mari et leur entourage pensent qu’elle se fait des idées. Jusqu’à l’impensable…

“Entre toutes les mères” nous fait pénétrer dans la psyché d’une mère qui doute, d’une mère qui a du mal à créer le lien avec son enfant ; en tant que lecteur, on peut s’interroger sur la fiabilité de son jugement. Ainsi le récit nous tient en haleine jusqu’au dénouement. Un roman bien construit qui nous glace le sang.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Connemara, Nicolas Mathieu, éditions Actes Sud, 22.00 euros

Hélène, son mari Philippe et leurs deux enfants viennent de s’installer en province suite au burn-out professionnel de cette dernière. Ils s’établissent à Nancy, à proximité des parents d’Hélène, laquelle retrouve rapidement du travail grâce aux relations de son mari, dans une boîte de conseil et d’audit. Mais malgré ce succès apparent, la quadragénaire traine un peu de vague à l’âme et peine à se remettre en selle.

Christophe, quant à lui, vit dans le même village depuis son adolescence. A l’époque, c’était un talentueux joueur de Hockey qui rencontrait un franc succès avec les filles. Aujourd’hui, séparé de sa compagne, il vit avec son père et son fils et vend de la nourriture pour chien. Il a gardé ses potes de lycée et songe à se remettre au Hockey. Quand ils se rencontrent à nouveau, d’autres perspectives se dessinent…

“Connemara”, c’est un récit empreint d’une nostalgie légère, ce sont les fins de soirées arrosées au son de Michel Sardou. Nicolas Mathieu nous livre une critique acerbe du monde de l’entreprise avec son jargon et ses open spaces et nous offre une fresque sociale qui capte admirablement l’air du temps.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Une amitié, Silvia Avallone, éditions Liana Lévi, 23 euros

Début des années 2000. Elisa et Béatrice sont deux adolescentes que tout oppose : l’une est plutôt réservée et passionnée de littérature, tandis que l’autre est délurée et ne jure que par Internet. La mère d’Elisa, séparée de son père, l’envoie vivre chez lui, ce qu’Elisa vit comme un abandon, alors que la mère de Béatrice la pousse dans la lumière, derrière l’objectif des photographes de mode.

De nos jours, Elisa, 33 ans, retrouve ses journaux intimes de l’époque et replonge dans cette amitié qui a pris fin depuis une dizaine d’années. Entretemps, Béa est devenue “La Rosetti”, sorte de phénomène des réseaux sociaux ; mais voilà que la créature disparaît de la toile, provoquant un tollé général et intriguant sa meilleure amie…

De sa plume ciselée, Silvia Avallone dissèque cette amitié fusionnelle dans un roman dense et entêtant, qui n’est pas sans rappeler “l’Amie prodigieuse”, à laquelle l’auteur fait d’ailleurs quelques clins d’oeil. Présent et passé se côtoient dans ce récit ambitieux et prenant.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Au coeur de la tourmente

D’une aube à l’autre, Laurence Tardieu, éditions Stock, 19,50 euros

17 Mars 2020. Alors que le chef de l’état décrète que la France est “en guerre” contre le coronavirus, Laurence Tardieu apprend la maladie qui touche Adam, son fils de 5 ans : une leucémie aigüe myéloblastique. Elle entre alors dans une autre dimension, un autre monde, celui de l’hôpital et de la petite chambre au linoléum bleu, dans laquelle elle va passer le plus clair de son temps au cours des mois suivants.

Ce livre est celui d’un combat, celui d’une mère pour sauver son enfant, au jour le jour, d’une aube à l’autre. Laurence Tardieu raconte avec une grande sensibilité le quotidien de son petit garçon, les moments d’effroi comme ceux d’espoir, et la force qu’il faut à une mère pour soutenir son enfant au coeur de la tourmente. Accompagner son enfant dans la maladie a transformé Laurence Tardieu jusqu’à l’emmener au-delà de l’amour maternel. L’écriture épurée de l’auteur, comme à son habitude, va à l’essentiel et nous offre une véritable leçon de vie.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

La petite dernière, Fatima Daas, Le Livre de Poche, 7,40 euros

Fatima Daas creuse son sujet comme l’agriculteur son sillon, inlassablement, avec toujours la phrase d’accroche “Je m’appelle Fatima Daas”. Elle ne cesse d’interroger son identité, sa féminité, sa religion, et de tenter de se définir en creux parmi ces différents prismes.

Fatima, c’est aussi la petite dernière qui observe le monde autour d’elle, qui fait trois heures de trajet par jour pour aller de Clichy à Paris et qui commence à écrire dans un atelier d’écriture. Son monologue comme une litanie nous embarque dans sa vie de banlieusarde et ses premiers émois. Entre l’autobiographie et le roman d’apprentissage, un texte court qui frappe comme un uppercut et ne nous laisse pas indemne.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Ces orages-là, Sandrine Collette,  le Livre de poche, 7,40 euros

Clémence s’installe dans une petite maison un peu vétuste mais dont le jardin luxurieux la ravit. Derrière elle, elle laisse Thomas, son compagnon maltraitant psychologiquement qui la harcelait littéralement. Mais Thomas hante ses pensées et la tient, même à distance, sous son emprise.

Dans ce polar qui n’en est pas vraiment un, Sandrine Collette nous plonge dans l’effroi, dans une peur indicible, peur bleue et viscérale qui envahit le mental de Clémence. La scène d’ouverture dans la forêt, où Thomas traque Clémence devenue sa proie, nous glace le sang. De son écriture au scalpel, Sandrine Collette livre un récit haletant sur l’emprise et comment on s’en sort doucement, au rythme des petits pas chancelants de Clémence.

Catégories: Divers | Laisser un commentaire

Famille mode d’emploi

Où vivaient les gens heureux, Joyce Maynard, éditions Philippe Rey, 24 euros

Eleanor, jeune illustratrice de livres pour enfants, s’installe dans une ferme du New Hampshire. Elle rencontre bientôt Cam, qui devient l’homme de sa vie, avec qui elle a trois enfants : Alison, Ursula et Tobie. Le quotidien est doux et harmonieux pour la famille avec cette jeune maman drôle et créative. Jusqu’au jour où un événement va tout faire basculer…

Récit du quotidien, fresque familiale courant des années 80 jusqu’à nos jours, décrivant les écueils des relations parents/enfants, réflexion sur le pardon et l’acceptation, ce livre est tout cela à la fois. “Où vivaient les gens heureux”, c’est l’endroit empli de nostalgie où on a été heureux, en amour comme en famille. Et Joyce Maynard décrit admirablement cet endroit, ou plutôt ce moment, qu’on aime se remémorer, dans un roman très vivant et réconfortant.

 

Catégories: Divers | Laisser un commentaire